Menu Fermer

Qu’est-ce que le Ripple ?

Ripple

Lancé en 2012 par un consortium des plus grosses banques d’affaires mondiales, le réseau Ripple vise à permettre des « transactions financières mondiales sécurisées, instantanées et presque gratuites, de toute taille sans rejets de débit ». Il prend en charge n’importe quelle monnaie fiduciaire, crypto-monnaie, commodité ou toute autre unité de valeur tels que miles aériens, minutes mobiles.

Actuellement l’une des cinq premières crypto-monnaies en termes de capitalisation boursière, le ripple a aussi fait l’objet de quelques polémiques.

1/ D’une part, il y a les sympathisants qui soutiennent l’idée selon laquelle l’objectif de la société qui vise à améliorer les transferts transfrontaliers grâce à la technologie du grand livre distribué aura un impact significatif sur le commerce ainsi que sur les finances, de sorte que l’économie mondiale connaîtra un essor positif.

2/ D’un autre côté, les détracteurs prétendent que l’offre produit par la société est de nature complexe, dont le token est inutile et dont la conception est loin d’être décentraliser.

Reprenons chaque point pour voir comment les différentes parties peuvent travailler ensemble pour atteindre l’objectif de ripple.

Amélioration des virements transfrontaliers

Rares sont ceux qui contestent que le système actuel de transfert d’argent par-delà les devises et les frontières est inefficace et dilapidateur. Pour pouvoir effectuer des paiements transfrontaliers au nom de leurs clients, les banques commerciales doivent avoir des comptes auprès des banques du pays destinataire. Ils détiennent généralement des soldes de la monnaie de ce pays dans ces comptes. Et bien souvent, le solde reste bloqué en attendant une instruction de paiement.

La société estime que les fonds destinés aux paiements peuvent être transférés plus efficacement dans d’autres devises grâce à sa technologie exclusive.

Une offre complexe

La technologie Ripple est divisée en plusieurs parties : xCurrent, xVia, xRapid et l’actif numérique XRP.

Nous allons vous les présenter individuellement :

xCurrent

xCurrent est une plateforme utilisée par les banques et autres institutions financières pour régler les paiements transfrontaliers. Il utilise un protocole de messagerie qui extrait les informations nécessaires pour organiser le paiement, qu’il communique aux banques concernées (généralement la banque initiatrice, la banque correspondante dans le pays du bénéficiaire et la banque du bénéficiaire). Une fois la validation pré-transactionnelle des comptes et des soldes terminées, toutes les parties procèdent à un blocage des fonds.

À ce stade, des signatures chiffrées sont générées pour vérifier que les fonds sont disponibles et que les parties sont prêtes à effectuer la transaction. Les fonds sont ensuite débloqués simultanément pour tous les intervenants.

xCurrent utilise un grand livre distribué appelé Interledger, développé par Ripple mais actuellement géré par le World Wide Web Consortium, un groupe sans but lucratif qui maintient les normes internationales pour le World Wide Web.

Cette solution est actuellement la plus utilisée des plates-formes de Ripple, avec plus de 100 institutions financières inscrites. Beaucoup ont dépassé la phase de test et utilisent xCurrent pour les transactions en direct.

xCurrent ne fonctionne cependant bien que pour les paiements transfrontaliers pour lesquels la paire de devises est liquide (comme le transfert d’argent de l’euro vers le dollar ou vice versa, ou encore les paiements de yen en dollar).

xRapid

Les paiements effectués dans des combinaisons moins courantes sont plus enclins à utiliser xRapid, qui repose sur le jeton XRP de Ripple pour faciliter la liquidité (vous en serez plus sur ce token un peu plus bas). Pour ce faire, il transfère les fonds d’origine vers du XRP et, de là, vers les fonds bénéficiaires. Cela permet à la banque d’origine d’éviter d’avoir à  » entreposer  » des fonds sur un compte dans une banque correspondante du pays du bénéficiaire, ou bien de faire appel à une autre institution (un  » liquidity provider « ) pour lui fournir le montant exact en monnaie locale (qui occasionne des frais additionnels).

Par exemple, si l’entreprise A en Thaïlande achète des matières premières à l’entreprise B au Nigeria, la transaction ressemblerait à ceci :

xRapid utiliserait le baht de la société A pour acheter du XRP, puis le convertirait en naira, qu’elle livrerait à la banque bénéficiaire. L’algorithme choisirait automatiquement l’animateur de marché baht/XRP offrant le meilleur prix, ainsi que l’animateur de marché XRP/naira dont les prix seraient également les meilleurs sur le marché. De cette façon, la banque de la société A en Thaïlande n’aurait pas besoin de détenir du naira sur un compte auprès d’une banque correspondante au Nigeria. Elle n’aurait pas non plus besoin de trouver un fournisseur de liquidité prêt à effectuer le change.

Au moment d’écrire ces lignes, une poignée de fournisseurs de paiement (dont Western Union et Moneygram) sont en train d’expérimenter la plateforme, et la société mexicaine de transfert d’argent Cuallix l’utilise actuellement dans le cadre de sa production.

Or, l’un des obstacles potentiels à la croissance de xRapid est la liquidité du XRP. Pour que la plateforme puisse évoluer, le XRP devra être cotée sur des bourses du monde entier, avec un niveau raisonnable de volume de transactions.

Sa fiabilité dépend de celle des animateurs du marché XRP indépendants, qui sont relativement peu nombreux à l’heure actuelle. Et afin que le nombre d’animateurs de marché augmente de manière organique, la demande pour le service xRapid devra croître, bien que cela dépende du nombre d’animateurs de marché en place.

xVia

xVia est une interface utilisateur conçue pour faciliter l’utilisation de xCurrent et xRapid. Grâce à l’intégration de l’API, il offre une connexion aux institutions financières utilisant les produits Ripple, ainsi que le suivi des paiements et la génération de factures.

Ripple a commencé à intégrer des fournisseurs de paiement pour tester xVia début 2018 – et seule une poignée d’entre eux sont actuellement en place.

XRP

XRP est le token de Ripple. Au moment de la rédaction du présent document, il s’agit du troisième actif numérique le plus important en termes de capitalisation boursière.

Ce token n’a pas d’être miné, car les 100 milliards de tokens ont tous été octroyés à Ripple en 2015. Les créateurs en ont conservé 20 milliards et donné le reste à l’entreprise, qui s’en est servie pour accroître ses liquidités en les distribuant méthodiquement aux clients et en stimulant l’activité des teneurs de marché.

La technologie de la blockchain sur laquelle le XRP est exécuté s’appelle le ledger XRP. Plutôt que de s’appuyer sur une preuve de travail (proof-of-work), une preuve de participation (proof-of-stake) ou autre, les transactions sont validées par une liste de nœuds  » de confiance « , autorisés par Ripple.

Un autre vocable que vous pourriez rencontrer est RippleNet, qui ne fait pas référence à un produit spécifique, mais plutôt au réseau d’institutions financières utilisant les produits Ripple. En d’autres termes, il inclut xCurrent, xRapid et toutes les banques qui les utilisent.

Un token inutile ?

En raison de son utilisation relativement limitée jusqu’à présent dans les virements transfrontaliers, certains ont suggéré que la valeur de Ripple n’est pas dans le token, mais plutôt dans le logiciel de xCurrent qui simplifie les paiements. Ils soulignent l’intérêt relatif pour xCurrent par opposition à xRapid comme preuve que le token n’est pas nécessaire pour que la technologie de Ripple soit utile.

En outre, certains prétendent que la volatilité du token l’empêche d’être un mécanisme de paiement pratique.

Les adeptes de Ripple, cependant, insistent sur le fait que l’utilisation de xCurrent est un premier pas vers une utilisation plus large de xRapid et du token XRP. Alors que xCurrent s’appuie sur un système de correspondance bancaire et de gestion des liquidités, ne pas avoir besoin de tenir des comptes dans des banques correspondantes en utilisant du XRP comme un pont entre les devises, permettrait ainsi aux banques de se libérer des liquidités.

Quant à la volatilité, Ripple soutient que les échanges entre les monnaies fiduciaires et le XRP en xRapid, se produisent trop prématurément pour que les mouvements de prix du token aient de la valeur.

De quelle manière est-il décentralisé ?

De nombreux détracteurs de Ripple insistent sur le fait que le XRP n’est même pas considéré comme une crypto-monnaie, puisqu’il est contrôlé par une société (au moment de la rédaction du présent document, Ripple possède 60% des tokens XRP, mais la plupart sont en dépôt sur des comptes de tiers).

De plus, les transactions sont traitées par des validateurs autorisés par Ripple. L’entreprise s’est efforcée de diversifier sa liste de validateurs approuvés (connue sous le nom de Unique Node List), sans pour autant qu’elle soit ouverte à tous, bien que cette liste soit encore autorisée et, de fait, pas vraiment décentralisée.

Ripple soutient que la décentralisation complète du grand livre XRP n’est pas nécessaire à sa finalité et que, pour des raisons de sécurité, elle doit être limitée aux parties « de confiance ».

Un clivage existentiel

L’une des questions centrales au cœur du débat sur la centralisation/décentralisation est de savoir si Ripple pourrait survivre sans le XRP et vice versa.

À première vue, il semble que si Ripple (la société) disparaissait demain, le token continuerait à être négocié sur les plateformes d’échange, et pourrait avoir une valeur si les intervenants décidaient de l’utiliser comme un pont monétaire, ou même comme un token servant au paiement.

Toutefois, la quantité de XRP détenus par Ripple implique une relation symbiotique à l’avenir, ainsi qu’une influence perçue (et peut-être réelle) sur le prix du token.

Quant à savoir si Ripple a besoin ou non du XRP pour survivre, il pourrait décider d’abandonner le développement de xRapid et de se concentrer sur xCurrent, qui lui, n’a pas besoin du token pour survivre. Toutefois, la société s’est engagée à plusieurs reprises à faire du XRP la « monnaie-relais » des virements transfrontaliers dans un avenir proche, étant donné que sa richesse est liée à sa valeur symbolique.

eleifend lectus et, quis, id Donec Phasellus